Ces meurtriers qui s’inspirent de films

Comme vous le savez, jeudi soir lors d’une Avant-première américaine du dernier film de Christopher NolanThe Dark Knight Rises, un homme est entré dans la salle de cinéma et a ouvert le feu, faisant 12 morts et 58 blessés. Arrêté sur le parking du cinéma par les forces de l’ordre, il a ensuite déclaré que son appartement était piégé à la bombe. Des propos qui font peur. Déguisé comme le "Joker" (grand méchant du film précédent), il s’est vanté en être l’incarnation. L’occasion pour nous de revenir sur ces meurtres inspirés de films.

Alors autant vous le dire, cet article va majoritairement représenter mon avis sur le sujet donc ne vous attendez pas à quelque chose de vraiment objectif. Haïssant au plus haut point ces déséquilibrés, je ne citerai aucun nom et ne publierai aucune photo dans cette article, si ce n’est ceux des victimes. Parce qu’on a un peu trop tendance à les oublier contrairement à leurs assassins, qui jouissent d’une célébrité des plus malsaines alors que la seule chose qu’ils méritent c’est de moisir au fond d’une cellule.

Ce n’est pas la première fois qu’un dégénéré s’inspire d’une oeuvre cinématographique pour commettre ses crimes et parmi les cas les plus connus, on retrouve :

La saga Scream:

Avril 2000 – Un adolescent de 16 ans poignarde son père ainsi que sa belle-mère.

Septembre 1999 – Une Australienne de 10 ans subit de nombreux troubles psychologiques  suite au visionnage du film, qui s’accompagneront d’actes de violence envers ses parents.

Juillet 1999 – Un jeune Américain assassine sa mère après avoir vu le premier film.

Juillet 1998 – Pour les mêmes raisons, un adolescent tente d’assassiner les parents de son ex-petite amie.

Taxi Driver :

Mars 2000 – Après avoir tiré sur un conseiller municipal, un homme se compare à l’un des personnages du film lors de son interrogatoire.

1981 – Un homme tente d’assassiner le Président Reagan et se vante lorsqu’il est interrogé d’avoir vu plusieurs fois le film, et que son acte avait pour but d’impressionner Jodie Foster (qui joue dans celui-ci).

Warlock :
1989 – Un jeune de 14 ans tue, avec un l’aide d’un camarade, un enfant de 7 ans. Ils le dépècent et font bouillir sa peau en espérant obtenir les mêmes pouvoirs que le personnage du film.

Mais il ne faut pas croire que c’est un phénomène réservé aux Etats-Unis, puisque notre chère France a eu le droit à son lot de cas effroyables :

8 FEVRIER 2001 – EN SEINE ET MARNE

Priscilla, adolescente de 14 ans et demi est poignardée à soixante reprises par son voisin âgé de 41 ans. S’inspirant du film SCREAM, réalisé par Wes Craven, il avait attendu le départ des parents (avec qui il était ami), coupé l’électricité et s’était introduit dans la maison de la jeune fille, le visage recouvert par un masque représentant le diable. La raison de cet acte (prémédité de surcroît)? Une folle attirance physique pour l’adolescente.

3 JUIN 2003 – NANTES

C’est le jour où Alice, 15 ans, sera poignardée dix-sept fois par son voisin lors d’une promenade avec celui-ci. Le jeune homme affirmera, avec toute l’hyprocrisie et la mauvaise foi du monde, que c’est après avoir vu SCREAM (encore lui) que lui a pris l’envie de tuer quelqu’un, voulant vivre les mêmes choses que les personnages du film. La jeune fille succombera à l’hôpital quelques heures après avoir donné l’identité de son agresseur.

Le meurtre d’Alice lancera alors un grand débat sur la violence au cinéma et son influence sur la jeunesse. Un candidat socialiste avait même demandé le retrait immédiat du commerce de tout produit en rapport avec SCREAM. Vous m’excuserez mais remettre la faute sur un film et réagir de cette façon c’est juste pitoyable et trop facile. C’est refuser de voir la vérité en face. Les seuls fautifs sont les auteurs des crimes, et non les films dont ils s’inspirent. C’est aux parents de surveiller ce que regardent leurs enfants, et surtout de veiller à ce qu’ils soient capables de faire la différence entre réalité et fiction. C’est un autre débat, mais ce n’est pas l’âge qui fait la maturité d’une personne et la rend apte à supporter n’importe quel spectacle, même si celui-ci est fictif.

En hommage aux victimes.

Sources: Allociné.fr, leparisien.fr, ladepeche.fr

About these ads

Un commentaire

  1. ouais, plus ancien, on n’oubliera pas en 1971 aux USA le gosse qui a tué sa soeur d’un coup de flingue dans la tête, après avoir vu dirty harry…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 413 autres abonnés